Enar

Septembre 2012 - L’impact de la tuerie de Breivik, un an plus tard

Un an après Utoya dans une Europe sous tension : Chimères et Érinyes

Miltos Pavlou de i-RED présente sa propre évaluation de l’actuel contexte politique européen, se basant sur les attitudes xénophobes et racistes qui se sont récemment manifestées, notamment en Grèce, France et Norvège. Il se concentre sur l’augmentation des discours et crimes de haine contre les minorités, ainsi que sur les promesses non tenues d’une Europe ouverte. Ces faits attirent l’attention sur les besoins d’être avec l’acceptation passive des techniques de « l’Autre » utilisées par certains pour maintenir les hiérarchies et positions de pouvoir.

Les services de sécurité et de police sont-ils en collusion avec la montée de l’extrême droite ?

Les crimes de l’extrême droite repris dans Les Colporteurs de la haine ne font pas l’objet d’une enquête adéquate au sein des forces de police en Europe. Cela est-il dû à l’indifférence ou bien à un penchant inné pour l’extrême droite ?

La violence à motivation partiale : pourquoi l’UE devrait agir et quelle est la voie à suivre ?

Annica Ryngbeck étudie l’impact du massacre d’Utoya et du procès de Breivik sur notre interprétation de la violence. Social Platform appelle à une approche collective de la violence et a réalisé une liste de recommandations aux décideurs de l’UE ainsi qu’aux autorités locales et régionales.

L’heure du bilan après le procès du 22/07 et le futur de la Norvège

Cet essai examine l’issue du procès de Breivik, procès qui a certes été accueilli avec soulagement par la plupart des Norvégiens, mais qui a également révélé l’existence d’un continuum idéologique de droite allant de l’extrémisme au populisme.

L’impact de la tuerie de Breivik, un an plus tard

Bienvenue dans cette nouvelle édition du webzine ENARgy ! Un peu plus d’un an après la tragique tuerie perpétrée par Anders Breivik en Norvège, nous examinons l’impact des attaques en Norvège, le procès de Breivik, ainsi que les tendances générales des mouvements extrémistes, du contre-terrorisme et des crimes de haine. Le webzine commence par une évaluation du contexte politique en Europe depuis les attaques en Norvège. D’autres articles se concentrent sur le rôle des services de sécurité et de la police dans les mouvements d’extrême droite, sur les actions de l’UE pour lutter contre la violence à motivation partiale, et sur le rôle du système de contre-terrorisme de l’UE pour aborder l’extrémisme. Le webzine offre également une analyse du procès de Breivik et une évaluation de la façon dont les blogueurs de la « nouvelle droite » et du contre-djihad en Scandinavie ont répondu aux attaques de Breivik. Une interview avec le directeur d’Antirasistisk Senter (Centre Norvégien contre le Racisme) donne une idée de la réponse de la Norvège à la tuerie de Breivik, et enfin, le dernier article préconise des stratégies interculturelles nationales en Norvège. Si vous voulez lire le webzine en format pdf, vous pouvez le télécharger ici.

Lutte contre la violence de l’extrémisme : les gouvernements ne peuvent agir seuls

Cet article met en évidence les efforts de l’UE et de ses États Membres pour prévenir le terrorisme, mais souligne également la nécessité pour les gouvernements de travailler avec les communautés, la société civile, les ONG et le secteur privé pour lutter contre l’extrémisme violent.

Le monde manichéen d’Eurabia

Jean-Yves Camus analyse les comportements anti-musulmans des droites radicales xénophobes en Europe occidentale et déconstruit le concept d’ "Eurabia", qui réfère à un continent et une culture européens soumis de leur plein gré à l’islam, ayant renié leurs racines « judéo-chrétiennes », et de surcroît en voie d’être démographiquement submergés par les musulmans.

Bloguer pour la liberté : la blogosphère radicale post- Breivik

Le monde de l’internet et les réseaux sociaux sont devenus un foyer de prolifération de matériel de haine. Cet article examine comment les blogueurs contre-jihad scandinaves ont répondu aux attaques de Brevik. Les auteurs soutiennent l’idée qu’après une période initiale de silence immédiatement après les événements, ce mouvement est toujours aussi haineux et polémique, et s’est trouvé de nouvelles cibles, en particulier les médias « grand public » et les responsables politiques.

Perspective d’une ONG sur la réponse de la Norvège à la tuerie perpétrée par Breivik et sur l’impact qu’elle a eu sur les minorités en Norvège

La Directrice the Centre Norvégien contre le Racisme nous donne son interprétation de l’impact que la tragédie de juillet 2011 a eu sur le racisme and le climat politique en Norvège.

Utoya et les stratégies nationales interculturelles

Robin Wilson présente les caractéristiques des modèles interculturels d’intégration en Europe. Selon lui, l’application d’un tel modèle en Norvège permettrait de réassurer les citoyens, en particulier les survivants du massacre d’Utoya, sur les avantages de la diversité culturelle.